• Le dialogue des Carme - épisode 3

      La dernière fois qu'on a entendu parler de Carme sur ce blog, c'était pour tester sa nemesis lekalienne. Mais je n'avais pas pour autant tiré une croix sur le patron original, que je m'étais promis d'adapter pour de bon à ma morphologie, mon problème avec ma première version déjà un peu modifiée étant que la blouse bascule en arrière et que je suis très étriquée en tendant les bras vers l'avant. Avec le recul, je m'aperçois que j'avais mélangé adaptations adéquates (élargissement des épaules, de l'encolure, abaissement de la pince poitrine) et inadéquates (abaisser le bas de l'entournure et la décreuser au dos). Comme j'ai enfin eu l'épiphanie sur ce qui clochait fondamentalement pour moi tandis que je cousais le chemiser de lady Chatterley, j'ai retravaillé le patron dans la foulée.

    Le dialogue des Carme - épisode 3

    Clic-clic pour agrandir

    Modifications par rapport à la version originale en 39/40 :
    - encolure milieu devant abaissée d'1.5 cm, milieu et côté dos remontées de 0.5 cm
    - côté épaule allongé de 2.5 cm, et baissé d'1.5 cm sur le devant et 0.5 cm au dos
    - longueur du demi-col augmentée d'1.5 cm
    - carrure devant diminuée de 0.5 cm avec creusement de l'entournure
    - largeur bas entournure dos augmentée d'1.5 cm
    - plastron élargi d'1 cm sur tout son pourtour
    - pince poitrine abaissée de 3 cm, allongée d'1 cm et volume augmenté d'1 cm pour mon bonnet C, tracé du côté devant adapté en conséquence
    - largeur totale de la tête manche augmentée de 3 cm, hauteur réduite d'1 cm
    - patte de boutonnage manche remontée de 6 cm.

    En résumé : allongement ++ de l'épaule, augmentation de la pente d'épaule, augmentation de la largeur au bas de l'entournure dos, augmentation et abaissement de la pince poitrine, élargissement de la tête de manche.

    Le dialogue des Carme - épisode 3

      Ensuite, tel le crotale à l'affût du campagnol amphibie, j'ai attendu un certain temps que me trottine devant le nez le tissu adéquat, ce qui s'est produit en juillet avec un lin GOTS chez Brin de Cousette, dont la nuance de turquoise chiné m'évoque instantanément une maison au bord de la mer (genre ça). Lin tout raide, passé deux fois à la machine à 60°C pour l'assouplir un peu avant de couper les pièces, ce qui l'a rendu souple et élastique en même temps, mais aussi plus terne et plus pelucheux, ce qui me va comme ça. Contre toute attente, j'en un peu bavé avec ce tissu à cause de son tissage lâche, et de sa tendance vicieuse à marquer les plis sans franchement le montrer à la moindre manipulation, ce qui m'a donné l'impression de prendre mon premier cours d'accordéon plutôt que de faire une cousette plan-plan. Par contre, ces propriétés font que la pose de fils de fronces pour résorber l'embu des têtes de manches était tout à fait superflue. J'en ai profité pour tester un truc lu dans la dernière mouture des livres de modélisme de Gilewska, à savoir résorber une partie de l'embu sous l'aisselle plutôt que de tout mettre sur l'épaule. Avec ce tissu c'est passé crème, à voir avec des étoffes plus serrées.

    Le dialogue des Carme - épisode 3

      J'ai été très contente de pouvoir regarder le pas-à-pas en vidéo puisque j'avais élégamment offert le patron pochette après l'avoir décalqué...

    Le dialogue des Carme - épisode 3

      Minute psychorigide : La tendance de ce tissu à tanguer à droite à gauche a accentué une bizarrerie assumée sur la construction du col que je m'étonne de n'avoir pas relevée lors de ma première couture de ce modèle : si on suit les instructions, le milieu de la patte de boutonnage du dessus (qui fait 2 cm de large) se trouve décalé de 0.5 cm par rapport au milieu du plastron, tandis que celui de la patte du dessous est bien au centre (car patte d'1 cm de large). Il faut donc que le col soit plus long d'1 cm sur un côté, a priori c'est précisé dans les explications, mais comme je ne l'avais pas noté sur ma pièce décalquée, je me suis retrouvée avec des marges de quelques millimètres et j'ai trop résorbé de tissu sur mon encolure dos, d'où une bulle de tissu à côté de l'encolure sur le dos de l'épaule gauche qui m'agace beaucoup. Et si j'avais été moins conne, j'aurais aussi thermocollé ma patte de boutonnage devant (j'en ai mis sur le col et les bracelets de manche), là ça fait des vaguelettes immondes quand les boutons sont passés. Et puis les boutons cousus sur cette bande de boutonnage toute fine ça fait bizarre.

    Le dialogue des Carme - épisode 3

    Bilan : c'est une réussite pour ce qui est de l'ajustement, je peux bouger sans entrave et la sensation de cisaillement de l'aisselle dos au repos a disparu ; le col fermé fait encore un peu pression sur le devant du cou, ce qui indique à mon sens que je devrais augmenter un peu la pente d'épaule juste sur les premiers cm. Le tissage aéré et la tonicité du tissu font que ce vêtement n'est vraiment pas étouffant, par contre l'étoffe pique légèrement la peau, ça change des cotons cousus habituellement.

    Le dialogue des Carme - épisode 3

    J'hésite à rajouter le bouton factice en bas de la patte de boutonnage

      Et vous, vous dites Carm' ou Carmé ?


  • Commentaires

    1
    Margueritte
    Vendredi 28 Août à 13:49

    J'aime beaucoup la couleur Villers s/mer !

      • Vendredi 28 Août à 16:23

        Ce turquoise associé à du bleu marine, c'est l'association littorale par excellence !

    2
    Mirandoline
    Vendredi 28 Août à 15:10
    Mirandoline

    C'est ce qu'on appelle un vêtement sur mesure ! C'est tout à votre honneur de persévérer ainsi. Et le résultat est plus que satisfaisant. 

    Faites-vous référence aux "Dialogues des Carmélites" de Bernanos ? C'est magnifique, autant le livre que l'opéra de Poulenc. Mais je ne vois pas très bien le rapport avec le corsage ... ouch

      • Vendredi 28 Août à 16:31

        C'est exact pour la référence, parce que dans le 1er épisode je m'adressais à ma soeur à qui j'ai offert le patron. Je ne savais pas que Poulenc en avait tiré un opéra, j'emprunterais peut-être ça à la médiathèque pour m'accompagner dans la dernière ligne droite de la confection de la veste masculine.

    3
    corinne
    Vendredi 28 Août à 17:13

    je suis toujours étonnée par tous ces détails! c'est encore un plaisir à lire. bravo

    4
    helene
    Samedi 29 Août à 08:17

    que de travail sur ce modèle,félicitations

    j'aime beaucoup cette couleur 

    bravo

    5
    Samedi 29 Août à 20:20

    Des petits plis sur du lin souple : quel challenge ! Je suis admirative du résultat, en tout cas, et cette couleur est vraiment jolie.

    Je vois que je ne suis pas la seule à devoir faire plein d'ajustements sur les patrons et j'ai souvent le même problème de basculement vers l'arrière avec les blouses, causant un étranglement fort désagréable. Je n'ai pas trouvé de solution satisfaisante, à part creuser l'encolure devant.

     

      • Samedi 29 Août à 20:56

        J'ai foiré une première fois le plastron, heureusement qu'il me restait juste assez de tissu pour en faire un deuxième, réussi en traçant bien chaque ligne de pliure au préalable !

    6
    Mquipique
    Dimanche 30 Août à 10:33

    Victoire, j'arrive à venir sur ton blog ! Depuis le temps que je la lorgne cette blouse Carme... elle a quand même l'air de nécessiter pas mal d'ajustements, pas sûre que ce soit la meilleure idée pour moi tant que je ne maîtrise pas les bases.

    En tout cas ta version, me plaît énormément, le tissu n'y est pas pour rien non plus ! Et j'admire ta ténacité.

      • Mercredi 2 Septembre à 15:09

        Tout dépend de ta morphologie : si tu es petite avec des petites épaules carrées ça devrait le faire rapidement !

    7
    Dimanche 30 Août à 21:39

    Il me plait beaucoup ton lin dans cette couleur ! Mais quelle plaie à coudre et la sensation qui pique ne me fait pas envie.

    En tout cas, le patron ne me fait pas du tout envie, tu es vraiment motivée. Et je trouve aussi bizarre cette mini-patte de support des boutons.

      • Mercredi 2 Septembre à 15:12

        Bah je n'y ai plus trop pensé une fois mise, mais à l'enfilage impossible d'ignorer qu'il ne s'agit ni de coton, ni de viscose.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :